Rendez-vous manga #1

Je reviens aujourd’hui avec un nouveau format d’articles. Je me suis récemment remisæ aux manga, que j’avais un peu laissé tombé au profit des anime. Et on peut dire que j’en achète pas mal en ce moment, notamment des nouveautés. Du coup, j’ai décidé de faire ce nouveau genre d’article, où je donnerai de courts avis sur les récents tomes que j’aurais lu. Ce ne seront pas des articles réguliers, vu que ça dépendra des manga que j’achèterai chaque mois, mais il y en aura quand même pas mal.

Comme je n’ai encore jamais fait de rendez-vous manga et que je n’ai pas encore parlé de ces manga, mes avis seront assez globaux, mais dans les prochains, ils seront plus courts.


Platinum End

platinum-end-1-kaze.jpgAuteur.e.s : Takeshi Obata et Tsugumi Ohba

Tomes lus : 1 à 3

Maison d’édition : Kazé

Genre : Shônen

Résumé : Mirai, un jeune homme qui a perdu tout espoir en la vie, est sauvé par un ange alors qu’il tente de se suicider. Mais cette rencontre fatidique pourrait bien le plonger dans un désespoir plus profond encore…

Mon avis

J’ai découvert ce manga parce qu’il est réalisé par les auteurs de Death Note. Étant donné que j’ai adoré ce manga et l’anime qui en a été adapté, je ne pouvais que sauter sur Platinum End.

Platinum-End-manga-extrait-005.pngLes trois premiers tomes mettent bien l’intrigue en place. On se pose vraiment beaucoup de questions. L’intrigue est intéressante, même si elle se base sur le cliché du survival game, mais bon, j’aime bien, et la manière dont c’est traité ici est assez originale. On reconnait bien le style des deux auteurs, tant au niveau du dessin, qui est magnifique, qu’à celui des thèmes abordés : la mort, le bien et le mal, pourquoi vivre… Des thèmes bateau mais universels. L’action est vraiment au rendez-vous entre des scènes d’explications pas ennuyeuses, qui servent à bien comprendre l’univers. Jusque-là, les personnages se révèlent sympathiques, excepté Saki, le personnage principal féminin, qu’on n’entend pas beaucoup et qui semble effacé par rapport aux autres. Tout ce que j’espère, c’est qu’elle est plus qu’une énième fille que le héros doit protéger.

En conclusion, trois premiers tomes qui donnent vraiment envie de connaitre la suite.


Kasane la voleuse de visages

kasane_-_la_voleuse_de_visage_vo_3769Auteur.e : Daruma Matsuura

Tomes lus : 1 à 6

Maison d’édition : Ki-oon

Genre : Seinen

Résumé : Kasane est une fillette au visage repoussant, presque difforme, régulièrement insultée et maltraitée par ses camarades de classe. Sa mère, actrice de premier plan célèbre pour son immense beauté, lui a laissé pour seul souvenir un tube de rouge à lèvres et une consigne mystérieuse : “Si un jour ta vie devient trop insupportable, maquille tes lèvres, approche l’objet de ta convoitise et embrasse-le.”
Quand, au bord du désespoir, Kasane s’exécute, elle fait une découverte incroyable : le rouge à lèvres légué par sa mère lui permet de s’approprier le visage de ses victimes ! À la fois malédiction et bénédiction, cet héritage va offrir à la jeune femme un avenir auquel elle n’osait rêver jusqu’alors…

Mon avis

J’ai voulu lire ce manga parce qu’il y avait un extrait offert dans l’un de mes magazines, et qu’est ce que j’ai bien fait ! On aborde ici une question pas beaucoup présente en manga, c’est à dire la beauté. Est-ce que la beauté est nécessaire pour réussir ? Est-ce que le fait d’être beau change une personne ?

Les six premiers tomes s’enchaînent assez rapidement, on apprend énormément de choses, et ça devient de plus en plus intéressant au fur et à mesure et l’intrigue est vraiment géniale et part dans un genre de thriller vraiment captivant. Personnellement, j’ai été surprisæ de très nombreuses fois, on ne sait jamais ce qui va vraiment se passer pour les personnages. Les dessins mettent dans l’ambiance, et sont absolument magnifiques, tout en mettant en avant la laideur des choses, notamment le visage de Kasane.

Kasane_1PLANCHE1.jpgD’ailleurs, en parlant des personnages, iels ont tous de nombreuses facettes, des faiblesses, certain.e.s ont pas mal de choses à se reprocher, d’autres sont torturé.e.s, ce qui nous fait nous attacher à tou.te.s, même si on se demande aussi comment on peut faire pour les aimer parfois, tellement certaines de leurs actions sont horribles. Mais iels sont humain.e.s, et la nature humaine est horrible à la base. L’héroïne, Kasane, est un coup de cœur pour moi. Elle est complexe, profonde, et évolue beaucoup au cours de juste ces six tomes.

Le tome 7 est sorti en France et j’ai vraiment hâte de l’avoir entre les mains pour savoir la suite.


Le Mari de mon Frère

mari-frere-1.jpgAuteur.e : Gengoroh Tagame

Tomes lus : 1 à 2

Maison d’édition : Akata

Genre : Seinen

Résumé : Yaichi élève seul sa fille. Mais un jour, son quotidien va être perturbé… Perturbé par l’arrivée de Mike Flanagan dans sa vie. Ce Canadien n’est autre que le mari de son frère jumeau… Suite au décès de ce dernier, Mike est venu au Japon, pour réaliser un voyage identitaire dans la patrie de l’homme qu’il aimait. Yaichi n’a pas alors d’autre choix que d’accueillir chez lui ce beau-frère homosexuel, vis-à-vis de qui il ne sait pas comment il doit se comporter. Mais ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Peut-être que Kana, avec son regard de petite fille, saura lui donner les bonnes réponses…

Mon avis

Enfin un manga qui traite de l’homosexualité avec justesse, et de manière pédagogique et réaliste. J’attendais énormément de ce manga, et je n’ai pas été déçuæ.

Tout d’abord, il faut savoir que le mangaka est lui-même homosexuel, donc écrit son histoire en connaissance de cause.  C’est un slice-of-life à la fois mignon et plein de questionnements à propos de l’homosexualité, des clichés que l’on à trop souvent et qui sont ici déconstruits, notamment grâce à la petite Kana qui est juste trop choupie et apporte un air pur avec sa vision très ouverte des choses. Chaque situation du quotidien décrite donne le_mari_de_mon_frere_1-4-67781.jpgà se questionner sur comment est perçue l’homosexualité dans la société, particulièrement la société nippone, comment faire face au regard des autres, que ce n’est pas mal d’être ce qu’on est, etc…

Le dessin est vraiment joli, dans un trait assez réaliste et très expressif. Bon, à la base Gengoroh Tagame est auteur de manga érotique gay, donc on a un petit peu de fanservice « bara » (c’est à dire des hommes musclés, « chubby » et poilus et qui s’adresse aux id hommes homosexuels, au contraire du yaoi qui lui favorise les hommes minces, androgyne et sans pilosité et est écrit par des id femmes et destiné aux id femmes), mais c’est très minime. Il y a une chose que j’ai adoré, c’est les petites pages entre deux chapitres qui abordent un pan de l’histoire homosexuelle, que ce soit dans le monde entier ou au Japon, et ça m’a apprit pas mal de choses.

J’ai donc hâte de lire le tome 3 et de revoir cette petite famille !


Arte

Arte.jpgAuteur.e : Kei Ohkubo

Tomes lus : 1 à 3

Maison d’édition : Komikku

Genre : Seinen

Résumé : Florence, début du 16e siècle. Dans ce berceau de la Renaissance, qui vit l’art s’épanouir dans toute sa splendeur, une jeune aristocrate prénommée Arte rêve de devenir artiste peintre et aspire à entrer en apprentissage dans un des nombreux ateliers de la ville… Hélas ! Cette époque de foisonnement culturel était aussi celle de la misogynie, et il n’était pas concevable qu’une jeune femme ambitionne de vivre de son art et de son travail. Les nombreux obstacles qui se dresseront sur le chemin d’Arte auront-ils raison de la folle énergie de cette aristo déjantée ?

Mon avis

Une connaissance de mon association de manga m’a recommandé celui-ci, et je la remercie énormément tellement c’est un coup de cœur !

L’histoire est vraiment originale, pour l’époque dans laquelle elle se déroule. En plus, j’adore tous ce qui est peinture, l’univers, ainsi que la profession d’artiste peintre qui est décrite ici avec beaucoup de réalisme je trouve (on a même quelques explications sur certaines techniques de peinture). On suit le quotidien d’Arte, dans diverses situations liées à son apprentissage et son métier et je trouve ça vraiment intéressant et bien construit. Les dessins sont magnifiques, très détaillés et font vraiment bien ressentir les émotions.

Arte.jpgEn parlant d’Arte, je vais embrayer sur les personnages, et plus particulièrement elle. Je le dis tout de suite, elle a été mon premier crush dans ce manga. C’est une jeune femme pleine d’énergie, déterminée, parfois loufoque et elle ne se laisse pas marcher sur les pieds. Bien sûr, elle a certains défauts, elle est naïve, au début assez « mondaine » dans le sens où elle n’a connu que des appartements luxueux et elle se retrouve dans un petit atelier sommaire. Mais elle dépasse vite ça et on voit bien son évolution, rien qu’en trois tomes. J’ai aussi énormément aimé les autres personnages féminins comme Veronica (qui est mon second crush) et Dacia par exemple, mais aussi Leo, le maître d’Arte.

D’ailleurs, j’adore la représentation des femmes dans ce manga. Elles sont toutes différentes, et ne cherchent pas toutes à se rebeller face à la société hyper-misogyne de cette époque comme les héroïnes classique de ce genre d’histoire. Mais chacune à sa manière essaye d’améliorer sa situation, et de survivre en étant la plus indépendante possible. Chacune a sa façon de penser, son caractère et même ses travers.

J’ai vraiment hâte d’acheter et de lire les prochains tomes pour poursuivre l’aventure d’Arte !


Perfect World

Perfect-world.jpgAuteur.e : Rie Aruga

Tomes lus : 1 à 2

Maison d’édition : Akata

Genre : Shôjo

Résumé : Tsugumi Kawana est une jeune femme de 26 ans qui travaille dans une boîte de design d’intérieur. Lors d’une soirée d’un client tenant une boîte d’architecte, elle va tomber nez à nez avec son premier amour et confident quand elle était au lycée : Ayukawa. La jeune fille semble très vite retomber sous son charme. Mais lorsque ce dernier décide de partir, elle va alors se rendre compte que quelque chose a changé. En effet, Ayukawa est en fauteuil roulant à présent.

Mon avis

J’ai entrevu ce manga en flânant au rayon manga d’une librairie, et comme j’ai vu que ça parlait de handicap, j’ai décidé de l’acheter vu que je m’intéresse beaucoup à ce sujet.

Perfect World.jpgL’histoire ici tourne autour de la relation entre Ayukawa et Kawana ainsi que leur vie quotidienne, et est passionnante. Le handicap moteur est abordé ici de manière très réaliste, voire crue. On ne nous cache rien de ce que pense la société de cette situation, pensée pas toujours bienveillante. Tout n’est pas rose et rempli de paillettes, ce qui m’a beaucoup plus. Par contre, je trouve personnellement que ça tombe parfois beaucoup trop dans le pathos, et décrit le handicap comme quelque chose que l’on doit surmonter à tout prix. Le dessin n’a, à mes yeux, rien de particulier, il est très simple, mais je l’aime bien et il est joli.

Par rapport aux personnages, j’aime bien Ayukawa, qui a vraiment beaucoup de volonté et de gentillesse en lui. J’ai par contre eu un peu plus de mal avec l’héroïne, un peu trop candide à mon goût. Les personnages secondaires sont aussi pas mals et sympathiques, mis à part un que je n’ai pas du tout aimé jusque là (je ne vais pas dire qui pour ne pas spoiler). La relation entre Ayukawa et Kawana a le mérite d’être assez jolie et  rapide, pas comme dans les shojo classiques dans lesquels les personnages mettent trois ans et 500 000  questions rien que pour se prendre la main (ce qui m’horripile à un point inimaginable).

Je vais acheter la suite, bien entendu, vu que ça s’arrête à un endroit vraiment très triste, et j’ai hâte de la lire.


Et voilà ! On en a fini avec ce premier rendez-vous manga ! J’en ferais à nouveau un dans pas longtemps, vu que j’en acheté et lu beaucoup, mais je ne pouvais pas tous les mettre dans un seul article, il aurait été trop long.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s