Percy Jackson & Héros de l’Olympe

« J’adore New York. On peut surgir des Enfers en plein Central Park, héler un taxi, descendre la Cinquième Avenue avec un immense chien des Enfers à la remorque, et personne ne trouve rien a y redire. »

ZERTYHJK..jpg

Auteur.e : Rick Riordan

Nombres de livres : Deux sagas de cinq livres.

Années de publication : De 2005 à 2015

Maison d’édition : Albin Michel

Genre : Jeunesse, fantastique

Langue d’origine : Anglais


Résumé

Je n’ai jamais voulu être un demi-dieu, c’est dangereux, c’est angoissant. Le plus souvent, ça se termine par une mort abominable et douloureuse. Il se peut que vous soyez des nôtres. Or, dès l’instant ou vous le saurez, il ne leur faudra pas longtemps pour le percevoir, eu aussi, et se lancer à vos trousses. Je vous aurais prévenu.

(Quatrième de couverture du tome 1 de la première saga)

Mon avis

Là, on s’attaque à un gros morceau puisqu’il s’agit ici de l’une des mes sagas favorites de tous les temps. Je ne vais pas développer tous les détails dans cet article, l’histoire est vraiment trop longue et les personnages changent tellement que je ne peux pas tout dire, mais je vais plutôt donner mon avis général sur cette saga géniale.

Tout d’abord, je suis unæ immense fan de tout ce qui est mythologie (qu’elle soit grecque, romaine, égyptienne, nordique…), même si la grecque est ma préférée. Et, là, j’ai franchement adoré la manière dont elle est traitée dans cette saga. On retrouve énormément de mythes qui sont retranscrits avec justesse tout en les transposant dans le monde moderne de l’histoire, ce qui rend le résultat assez drôle tout en étant très bien intégré à l’intrigue.

Le style d’écriture de l’auteur est vraiment simple, mais ça ne l’empêche pas d’être très addictif. J’aime beaucoup le fait qu’il utilise la première personne dans Percy Jackson. D’habitude, je n’aime pas vraiment cela, je préfère largement la troisième personne, mais là, ça ne m’a absolument pas dérangæ. Bon, Héros de l’Olympe est écrit à la troisième personne, mais, personnellement, la transition entre les deux n’a pas été dure, ça passe tout seul. L’autre gros bon point de ces sagas, c’est l’humour. Je me suis souvent retrouvæ à éclater de rire devant mon livre, car beaucoup de remarques de Percy (et pas seulement de lui…) sont absolument tordantes.

Les personnages sont tous géniaux.les. Chacun.e a sa propre personnalité, et évolue au fur et à mesure de l’histoire. On pourrait reprocher leur côté un peu manichéen, les méchant.e.s d’un côté, les gentil.le.s de l’autre, et je suis un peu d’accord, mais il y a quand même pas mal de moments où on ne sait plus vraiment où se trouve la frontière entre les deux. Certains personnages ne sont pas comme on pourrait le penser au premier abord, ce que je trouve vraiment bien. Un autre point pour lequel j’applaudis l’auteur est les personnages féminins. Il y en a beaucoup, et elles ont le mérite d’être fortes, d’avoir des caractères aussi développés et complexes que leurs compagnons masculins, et d’être même souvent plus puissantes qu’eux.

Enfin, je terminerai en parlant de la diversité des personnages, surtout au niveau ethnique. Je suis toujours très heureuxe lorsque je vois qu’un auteur ne se cantonne pas qu’à des personnages caucasiens blancs, mais qu’ils les fait venir de différents endroits aux cultures différentes. Ici, parmi les personnages principaux, on a des américain.e.s pure souche, un sino-canadien, des hispaniques, des italiens, une américaine d’origine cherokee, des afro-américain.e.s, etc… Je trouve cela génial, et cela nous apprend que, non, il n’y a pas que des caucasiens partout, qu’il existent d’autres ethnies, d’autres façons de penser. On peut remarquer aussi une certaine diversité au niveau orientation, même si elle n’est évoquée qu’à partir de la deuxième saga, et surtout pour un personnage en particulier (dont je tairai le nom, je n’ai pas envie de spoiler). Mais, apparemment, dans le nouveau livre de Rick Riordan, Les Travaux d’Apollon (The Trials of Apollo en anglais) qui sortira en fin d’année en France, et qui est la suite de Héros de L’Olympe, l’orientation y est un peu plus abordée, ce qui me réjoui et me donne encore plus envie de le lire, surtout qu’elle n’est pas du tout dépeinte de manière clichée, comme on le voit assez souvent, malheureusement. Je trouve cela vraiment bien qu’on parle de ce genre de sujet dans des romans destinés à la jeunesse et qui vont être principalement lus par des adolescents entre 12 et 17 ans. Étant moi-même concernæ par ce genre de sujet, ça me fait vraiment plaisir de voir ça.


En conclusion, je ne saurais que vous conseiller d’aller lire tout de suite Percy Jackson et Héros de L’Olympe, qui sont tout simplement des perles. Je pourrais les lire à douze, dix-huit, vingt-cinq, cinquante ans que ça ne changerait rien et qu’elles me feraient toujours rêver. C’est rares que j’ai des coups de cœur comme cela, mais là, ces sagas sont tout en haut de mon classement, et je les aime de tout mon cœur. Rick Riordan est sans aucun doute l’un des mes auteurs préférés (sûrement le premier d’ailleurs, à égalité avec Pierre Bottero) et je vais sans aucun doute lire tous ses autres livres et sagas (une sur les dieux scandinaves et une autre sur la mythologie égyptienne, notamment), dont je vais sûrement parler dans des prochains articles, quand j’aurais fini de les lire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s