La Bibliothèque des Cœurs Cabossés

« Quelle terrible prise de conscience : savoir qu’il y avait tant de livres qu’elle ne toucherait jamais, tant d’histoires qui se poursuivraient sans elle, tant d’auteurs anciens qu’elle n’aurait pas le temps de découvrir ! »

Auteur.e : Katarina Bivald9782290110225.jpg

Nombres de pages : 511

Année de publication : 2016

Maison d’édition : J’ai Lu

Genre : Contemporain

Langue d’origine : Suédois


Résumé

Tout commence par un échange de lettres sur la littérature et la vie entre deux femmes que tout oppose : Sara Lindqvist, jeune suédoise de vingt-huit and, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, et Amy Harris, vieille dame cultivée de Broken Wheel, dans l’Iowa. Lorsque Sara perd son travail de libraire, son amie l’invite à venir passer des vacances chez elle. A son arrivée, une malheureuse surprise l’attend : Amy est décédée. Seule et déboussolée, Sara choisit pourtant de poursuivre son séjour à Broken Wheel et de redonner un souffle à cette communauté attachante et un brin loufoque… grâce au livres, bien sur.


Mon avis

Ce livre faisait également parti de la lecture commune organisée par le groupe Dans le placard sous l’escalier sur facebook, en même temps que Avant Toi de Jojo Moyes (sur lequel j’ai fait un article ici). J’avais choisi ce dernier, mais, ne pouvant pas participer à la lecture de ce mois-ci, j’ai finalement décidé de lire La Bibliothèque des Cœurs Cabossés. C’est un livre qui parle de livres (déjà, il n’en fallait pas plus pour me convaincre !), mais aussi d’amitié, d’amour et de l’importance d’être solidaires et que le bonheur peut être n’importe où, même dans les choses les plus insignifiantes.

J’y ai tout d’abord été à reculons, je l’avoue, pas que le livre était mauvais, très loin de là, c’est juste que j’avais vu des avis vraiment mitigés sur internet. Certain.e.s l’avaient adoré, d’autres détesté, d’autres encore étaient assez mitigé.e.s, du coup j’avais un peu peur de ce qui m’attendait. Ça m’a bloqué et j’ai vraiment mis un temps fou à le lire (à peu près un mois). Au final, je l’ai vraiment lu d’une traite à partir de la moitié à peu près.

L’écriture de l’auteure, tout en étant simple, est prenante, même si j’ai parfois trouvé les descriptions un peu longuettes. Elle établit une ambiance campagnarde, un brin western (de mon point de vue), qui colle bien avec la petite ville paumée des États-Unis dans laquelle se retrouve Sara. L’histoire, bien qu’étant guidée par un fil rouge, est plus pour moi un ensemble de moments plutôt qu’un récit linéaire. J’ai particulièrement apprécié les changements très fréquents de point de vue. On ne se focalise pas uniquement sur Sara, bien qu’elle soit le personnage principal, ce qui permet d’enrichir le texte et les personnages.

D’ailleurs, ces dernier.e.s, bien qu’étant assez cliché.e.s et caricaturaux.les sur certains aspects, m’ont tout de même beaucoup plu. Chacun.e a ses propres démons, tout comme ses qualités que l’on voit justement en abordant leur point de vue dans le texte. Je dois dire que certain.e.s m’ont même beaucoup touchæ (notamment Georges) et émuæ. Je me suis bien identifiæ à Sara, pas tant pour ce qu’elle pense en général, mais plus par la manière dont elle aime la lecture et perçoit le monde autour d’elle par rapport à ces derniers (d’ailleurs, vous verriez mon livre, des post-its dépassent de partout tellement il y a de citations sur les livres qui m’ont plu). Après, je l’aime beaucoup pour sa détermination, le fait qu’elle ne se laisse pas faire et a quand même pas mal de répartie et parce que c’est un peu elle qui « répare » Broken Wheel après la mort d’Amy.

Ensuite, les relations entre les personnages sont également belles, même si parfois un peu clichées (principalement en ce qui concerne les relations romantiques), mais cela ne m’a pas empêché de les apprécier (j’ai lu bien pire en matière de relations clichées…).

Et, enfin, ce qui lie tout cela, ce sont les livres bien sûr. La manière dont ils sont abordés est le grand avantage de ce roman. On y fait souvent mention de titres de nombreux romans et d’auteurs, de Jane Austen à Marcel Proust en passant par Shakespeare (ça n’a pas arrangé ma wishlist, ça…). Il est fait mention également de tout ce peut ressentir n’importe quel bibliophile (selon moi) : l’odeur de livres neufs, le fait d’être tellement plongé dans un livre qu’on ne remarque même pas ce qui se passe autour de nous, le bonheur de faire partager ses lectures ou de conseiller un livre à quelqu’un, surtout si la personne revient nous dire qu’elle l’a aimé, voire adoré…


En conclusion, c’était une lecture agréable, même si pas la plus transcendante. Je conseillerai ce roman aux amoureuxes des livres, même si tout le monde peut le lire, bien entendu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s